Follow Techotopia on Twitter

On-line Guides
All Guides
eBook Store
iOS / Android
Linux for Beginners
Office Productivity
Linux Installation
Linux Security
Linux Utilities
Linux Virtualization
Linux Kernel
System/Network Admin
Programming
Scripting Languages
Development Tools
Web Development
GUI Toolkits/Desktop
Databases
Mail Systems
openSolaris
Eclipse Documentation
Techotopia.com
Virtuatopia.com

How To Guides
Virtualization
General System Admin
Linux Security
Linux Filesystems
Web Servers
Graphics & Desktop
PC Hardware
Windows
Problem Solutions

  




 

 

Linuxtopia - Red Hat Enterprise Linux Introduction a l'administration systeme - Technologies avanc�es de stockage

5.6. Technologies avanc�es de stockage

Bien que toutes les informations fournies dans ce chapitre n'aient fait r�f�rence jusqu'� pr�sent qu'aux disques durs uniques reli�s directement � un syst�me, vous pouvez explorer d'autres options plus avanc�es. Les sections suivantes abordent certaines des approches les plus couramment utilis�es pour �largir l'�ventail des options disponibles en mati�re de stockage de masse.

5.6.1. Stockage accessible en r�seau

En associant les technologies de r�seau aux technologies de stockage, les administrateurs syst�me peuvent disposer d'une plus grande flexibilit�. Ce type de configuration offre deux avantages�:

  • La consolidation du stockage

  • La simplification de l'administration

Le stockage peut �tre consolid� en d�ployant des serveurs haute performance dot�s d'une connectivit� r�seau rapide et configur�s avec de grandes quantit�s de stockage rapide. En disposant de la configuration appropri�e, il est tout � fait possible de fournir un acc�s au stockage � des vitesses semblables � celles des stockages branch�s localement. En outre, la nature m�me d'une telle configuration bas�e sur le partage, permet souvent de r�duire les co�ts�; en effet, les frais associ�s � la mise � disposition de stockage centralis� et partag� peuvent se r�v�ler �tre inf�rieurs � ceux engendr�s par la mise � disposition de stockage �quivalent pour chacun des clients. De plus, l'espace libre est consolid� au lieu d'�tre r�parti (et donc pas utilisable en tant qu'une seule entit�) � travers de nombreux clients.

Des serveurs de stockage centralis�s peuvent �galement simplifier de nombreuses t�ches administratives. Par exemple, le contr�le de l'espace disque libre est une op�ration beaucoup plus simple lorsque le stockage devant �tre contr�l� se trouve sur un serveur de stockage centralis�. Les sauvegardes peuvent �tre consid�rablement simplifi�es gr�ce � un serveur de stockage centralis�. Les sauvegardes prises en charge par un r�seau pour de multiples clients sont possibles mais demandent plus de travail au niveau de la configuration et de la maintenance.

De nos jours, il existe une grande vari�t� de technologies de stockage r�seau et le choix d'une technologie particuli�re peut se r�v�ler �tre une t�che relativement difficile. Presque tous les syst�mes d'exploitation disponibles sur le march� � l'heure actuelle incluent des moyens d'acc�der � un stockage r�seau, mais il est important de noter ici que certaines technologies ne sont pas compatibles les unes avec les autres. Dans ce telles conditions, quelle est la meilleure mani�re de d�terminer la bonne technologie � d�ployer�?

L'approche produisant g�n�ralement les meilleurs r�sultats consiste � laisser les fonctionnalit�s int�gr�es du client d�cider en la mati�re, et ce pour les raisons suivantes�:

  • R�duction du nombre de probl�mes li�s � l'int�gration du client

  • R�duction de la quantit� de travail � effectuer sur chaque syst�me client

  • R�duction du co�t d'entr�e de chaque client

Gardez bien � l'esprit que tout probl�me associ� � un client est multipli� par le nombre total de clients dans votre entreprise. En utilisant les fonctionnalit�s int�gr�es des clients, vous n'avez pas � installer de logiciels suppl�mentaires sur chaque client (n'entra�nant donc aucune d�pense pour l'obtention de logiciels). Qui plus est, la certitude d'avoir une bonne prise en charge et int�gration avec le syst�me d'exploitation client est largement sup�rieure.

Il y a cependant un inconv�nient. En effet, une telle approche suppose que l'environnement du serveur soit en mesure de fournir une bonne prise en charge des technologies de stockage r�seau dont les clients ont besoin. Dans les situations o� le syst�me d'exploitation serveur et le syst�me d'exploitation client sont un seul et m�me syst�me, il n'y a g�n�ralement aucun probl�me. Dans le cas contraire, il sera n�cessaire de passer du temps � "convertir" le serveur au langage des clients. Ceci �tant, cet aspect n�gatif est mineur par rapport aux avantages qui en d�coulent.

5.6.2. Stockage bas� sur RAID

Une des comp�tences qu'un administrateur syst�me devrait cultiver, est son habilit� � examiner des configurations de syst�mes complexes et � remarquer les diff�rents inconv�nients inh�rents � chaque configuration. Bien que cette opinion soit, au premier abord, quelque peu d�primante, elle peut en fait repr�senter une excellente mani�re d'extrapoler la situation au-del� du bel emballage flambant neuf et de visualiser l'envers du d�cors que pourrait repr�senter un certain samedi soir dans le futur, o� la production sera arr�t�e � cause d'une panne qui aurait facilement pu �tre �vit�e avec un minimum de pr�voyance.

Dans cet �tat d'esprit, et en utilisant les connaissances dont nous disposons au sujet du stockage sur disque, essayons de voir si nous pouvons d�terminer les mani�res selon lesquelles les disques durs peuvent cr�er des probl�mes. Prenons tout d'abord une panne compl�te de mat�riel�:

Un disque dur contenant quatre partitions tombe compl�tement en panne�; qu'advient-il des donn�es stock�es sur ces partitions�?

D'une mani�re imm�diate, elles ne sont plus disponibles (au moins jusqu'� ce que l'�l�ment d�faillant puisse �tre remplac� et que les donn�es puissent �tre r�cup�r�es � partir d'une sauvegarde r�cente).

Un disque dur ne contenant qu'une seule partiton fonctionne � la limite de ses capacit�s en raison de charges d'Entr�es/Sorties importantes�: qu'advient-il des applications devant avoir acc�s aux donn�es stock�es sur cette partition�?

Les applications sont ralenties car le disque dur ne peut pas traiter plus rapidement les op�rations de lecture et d'�criture.

Vous avez un grand fichier de donn�es qui petit � petit grandit en taille�; il sera bient�t plus volumineux que le plus grand disque dur disponible sur votre syst�me. Que se passe-t-il alors�?

Le disque dur se remplit au maximum, la taille du fichier de donn�es est gel�e et les applications qui l'utilisent arr�tent de tourner.

Un seul de ces probl�mes suffirait � paralyser tout un centre de donn�es, et pourtant, les administrateurs syst�me sont confront�s � ce genre de probl�mes de mani�re quotidienne. Que faire�?

Heureusement, une technologie permet de faire face � chacun de ces probl�mes. RAID est le nom de cette derni�re.

5.6.2.1. Concepts de base

RAID est l'acronyme de Redundant Array of Independent Disks[1]. Comme son nom l'indique, RAID est le moyen par lequel de multiples disques durs peuvent agir comme s'ils ne constituaient qu'un seul disque.

Les techniques RAID ont � l'origine �t� d�velopp�es par les chercheurs de l'Universit� de Californie � Berkeley au milieu des ann�es '80. � l'�poque, il existait une diff�rence de prix consid�rable entre les disques durs haute performance utilis�s dans de grandes installations informatiques et les plus petits disques durs � vitesse inf�rieure employ�s dans l'industrie de l'informatique personnelle qui n'en �tait encore qu'� ses d�buts. La matrice RAID �tait consid�r�e comme un moyen d'utiliser plusieurs disques durs moins co�teux pour remplacer une unit� au prix plus �lev�.

Plus important encore, les matrices RAID pouvant �tre construites de diverses mani�res, elle peuvent afficher des caract�ristiques diff�rentes selon la configuration finale retenue. Examinons les diff�rentes configurations (auxquelles ont fait r�f�rence sous le terme de niveaux RAID) disponibles de mani�re plus d�taill�e.

5.6.2.1.1. Niveaux RAID

� l'origine, les chercheurs de Berkeley avaient d�fini cinq niveaux RAID diff�rents et les avaient num�rot�s de "1" � "5". Au cours des ann�es, des niveaux suppl�mentaires ont �t� introduits par d'autres chercheurs et membres de l'industrie de stockage. Ceci dit, tous les niveaux RAID n'�taient pas utiles au m�me titre�; certains n'avaient d'int�r�t que pour la recherche, alors que d'autres ne pouvaient pas �tre impl�ment�s pour des raisons �conomiques.

En fin de compte, seulement trois niveaux RAID ont fini par �tre largement utilis�s�:

  • Niveau 0

  • Niveau 1

  • Niveau 5

Les sections suivantes examinent chacun de ces niveaux de mani�re plus d�taill�e.

5.6.2.1.1.1. RAID 0

La configuration de disque connue sous le terme de RAID niveau 0 pr�te quelque peu � confusion dans le sens o� ce niveau RAID est le seul n'utilisant absolument aucune redondance. Toutefois, m�me si RAID 0 n'offre pas grand chose d'un point de vue de la fiabilit�, il offre d'autres avantages.

Une matrice RAID 0 est compos�e de deux disques durs ou plus. La capacit� de stockage disponible sur chaque disque est d�coup�e en morceaux qui correspondent � des copies de la taille d'origine (ou natives) des blocs natifs des disques. Les donn�es enregistr�es sur la matrice doivent �tre inscrites morceau par morceau, sur chacun des disques la composant. Les morceaux peuvent �tre per�us comme des bandes pr�sentes sur chaque disque de la matrice, d'o� l'autre terme utilis� pour RAID O�: striping (aussi appel� agr�gat par bandes).

Par exemple, avec une matrice compos�e de deux disques et un morceau d'une taille de 4 Ko, l'�criture de 12 Ko de donn�es sur cette matrice serait effectu�e par r�partition sur trois morceaux de 4 Ko chacun, sur les disques suivants�:

  • Les 4 premiers Ko seraient �crits sur le premier disque dur, sur le premier morceau

  • Les 4 deuxi�mes Ko seraient �crits sur le deuxi�me disque dur, sur le premier morceau

  • Les 4 derniers Ko seraient �crits sur le premier disque dur, sur le second morceau

Par rapport � un disque dur unique, RAID 0 offre les avantages suivants�:

  • Taille globale sup�rieure — Il est possible de construire des matrices RAID 0 d'une taille sup�rieure � un disque dur unique, rendant le stockage de grands fichiers de donn�es beaucoup plus facile

  • Meilleure performance des op�rations de lecture/�criture — La charge des Entr�es/Sorties sur une matrice RAID 0 est r�partie de mani�re uniforme sur l'ensemble des disques composant la matrice (� condition que toutes les E/S ne soient pas concentr�es sur un seul morceau)

  • Aucun espace perdu — Tout l'espace de stockage disponible sur l'ensemble des disques de la matrice est utilisable pour stocker des donn�es

Par rapport � un disque dur unique, RAID 0 offre l'inconv�nient suivant�:

  • Fiabilit� inf�rieure — Chacun des disques d'une matrice RAID 0 doit �tre op�rationnel pour que la matrice soit utilisable�; la d�faillance d'un seul disque d'une matrice RAID 0 compos� de N disques entra�nera la suppression d'1/N�me des donn�es, rendant par l�-m�me la matrice inutile.

TuyauAstuce
 

Si vous avez des probl�mes pour maintenir l'uniformit� des diff�rents niveaux RAID, rappelez-vous que RAID 0 a z�ro pour cent de redondance.

5.6.2.1.1.2. RAID 1

RAID 1 utilise deux disques durs identiques (bien que certaines impl�mentations en prennent en charge davantage). Toutes les donn�es sont enregistr�es sur chacun des deux disques, faisant par l�-m�me de ces derniers des copies identiques. C'est la raison pour laquelle on parle souvent de RAID 1 en tant qu'agencement de disques en mode miroir (ou mirroring).

Lors de toute op�ration d'�criture sur une matrice RAID 1, deux op�rations d'�criture doivent physiquement avoir lieu�: une sur le premier disque et une sur le second disque. La lecture de donn�es en revanche, est une op�ration unique � partir de l'un ou l'autre des disques de la matrice.

Par rapport � un disque dur unique, RAID 1 offre les avantages suivants�:

  • Redondance sup�rieure — M�me en cas de d�faillance d'un des disques de la matrice, il est toujours possible d'avoir acc�s aux donn�s

  • Performance sup�rieure des op�rations de lecture — �tant donn� que les deux disques durs sont op�rationnels, les op�rations de lecture peuvent �tre r�parties de mani�re uniforme entre eux, r�duisant ainsi les charge d'E/S individuelles

Par rapport � un disque dur unique, RAID 1 offre certains inconv�nients parmi lesquels figurent�:

  • Taille maximale de la matrice limit�e au plus grand disque dur disponible

  • Performance r�duite des op�rations d'�criture — �tant donn� que chacun des deux disques durs doit toujours �tre � jour, toutes les op�rations d'�criture d'E/S doivent �tre effectu�es par chacun des deux disques, une double op�ration qui ralentit le processus g�n�ral des op�rations d'�criture de donn�es sur la matrice

  • Rentabilit� inf�rieure — �tant donn� qu'un disque entier est d�di� � la redondance, le co�t d'une matrice RAID 1 est deux fois plus �lev� que celui d'un disque dur unique

TuyauAstuce
 

Si vous avez des probl�mes pour maintenir l'uniformit� des diff�rents niveaux RAID, rappelez-vous que RAID 1 a un pour cent de redondance.

5.6.2.1.1.3. RAID 5

RAID 5 essaie d'associer les avantages de RAID 0 � ceux de RAID 1, tout en minimisant leurs inconv�nients respectifs.

Tout comme RAID 0, une matrice RAID 5 est compos�e de multiples disques durs, chacun d'eux �tant divis� en morceaux. Cette m�thode permet � une matrice RAID 5 d'avoir une taille sup�rieure � tout disque dur unique. Tout comme une matrice RAID 1, RAID 5 utilise une partie de son espace disque de mani�re redondante, augmentant ainsi le degr� de fiabilit�.

Ci �tant, le principe de fonctionnement de RAID 5 est diff�rent aussi bien de RAID 0 que de RAID 1.

Une matrice RAID 4 doit �tre compos�e au minimum de trois disques durs de taille identique (un plus grand nombre de disques durs peut cependant �tre utilis�). Chaque disque est d�coup� en morceaux sur lesquels les donn�es sont enregistr�es dans l'ordre. Chaque morceau n'est toutefois pas d�di� au stockage de donn�es comme c'est le cas avec RAID 0. En effet, dans une matrice compos�e de n disques durs, tout ni�me morceau est d�di� � la parit�.

Les morceaux contenant la parit� permettent la r�cup�ration de donn�es en cas de d�faillance d'un des disques durs de la matrice. La parit� du morceau x est calcul�e math�matiquement selon une combinaison de chaque morceau x stock� sur tous les autres disques composant la matrice. Si les donn�es d'un morceau sont mises � jour, la parit� correspondante doit elle aussi �tre recalcul�e et mise � jour.

Selon cette m�thode, chaque fois que des donn�es sont enregistr�es sur la matrice, au moins deux disques font l'objet d'op�rations d'�criture�: le disque stockant les donn�es et le disque sur lequel figure le morceau contenant la parit�.

Il est important de garder � l'esprit que les morceaux contenant les donn�es de parit� ne sont pas concentr�s sur un seul disque de la matrice. Au contraire, ils sont r�partis de mani�re uniforme sur tous les disques. Bien qu'il soit tout � fait possible de r�server un disque particulier au stockage exclusif des donn�es de parit� (en fait, on fait r�f�rence � ce type de configuration sous le terme de RAID 4), la mise � jour constante de ces derni�res suite � l'enregistrement de nouvelles donn�es sur la matrice, pourrait transformer le disque stockant ces donn�es de parit� en un goulet d'�tranglement pour la performance. La r�partition des donn�es de parit� sur l'ensemble de la matrice permet quant � elle de limiter cet impact.

Il est toutefois important de se rappeler que la parit� a un impact sur les capacit�s globales de stockage de la matrice. Bien que les donn�es de parit� soient r�parties sur l'ensemble des disques de la matrice, la quantit� de stockage disponible n'est pas �gale � l'ensemble des disques, dans la mesure o� la taille d'un disque est d�di�e � la parit�.

Par rapport � un disque dur unique, RAID 5 offre les avantages suivants�:

  • Redondance accrue — — En cas de d�faillance de l'un des disques de la matrice, les informations de parit� peuvent �tre utilis�es pour reconstruire les morceaux de donn�es manquants, sans perturber l'utilisation de la matrice[2]

  • Performance accrue des op�rations de lecture — En raison de la mani�re selon laquelle les donn�es sont r�parties entre les disques de la matrice (mani�re semblable � RAID 0), les op�rations de lecture des E/S sont distribu�es de mani�re uniforme entre les disques durs

  • Rentabilit� relativement bonne — Pour une matrice RAID 5 compos�e de n disques, seul 1/ni�me du stockage global disponible est d�di� � la redondance

Par rapport � un disque dur unique, RAID 5 offre l'inconv�nient suivant�:

  • Performance r�duite des op�rations d'�criture — �tant donn� que chaque op�ration d'�criture effectu�e sur la matrice implique au moins deux activit�s d'�criture sur les disques physiques (une op�ration d'�criture pour les donn�es et une pour la parit�), la performance en �criture est inf�rieure � celle d'un disque unique[3].

5.6.2.1.1.4. Combinaison de niveaux RAID

Suite � notre pr�sentation des diff�rents niveaux RAID, il devrait sembler �vident que chaque niveau � des avantages et des inconv�nients sp�cifiques. Peu apr�s l'apparition du stockage bas� sur des matrices RAID, un int�r�t particulier s'est d�velopp� au niveau de la possibilit� de combiner les diff�rents niveaux RAID, afin de produire des matrices affichant tous les avantages et aucun des inconv�nients des niveaux cr��s � l'origine.

Par exemple, que se passerait-il si les disques durs d'une matrice RAID 0 �taient en fait, eux-m�mes, des matrices RAID 1�? Une telle situation offrirait les avantages de RAID 0 au niveau vitesse, alli�s � la fiabilit� de RAID 1.

Cette combinaison est exactement le genre de chose que les matrices RAID permettent de faire. Ci-dessous figurent les imbrications de niveaux RAID les plus courantes�:

  • RAID 1+0

  • RAID 5+0

  • RAID 5+1

�tant donn� que les imbrications de niveaux RAID sont utilis�es dans des environnements sp�cialis�s, nous ne nous �tendrons pas sur le sujet de mani�re plus d�taill�e. Toutefois, en ce qui concerne l'imbrication de niveaux RAID, il est important de garder � l'esprit les deux points suivants�:

  • Importance de l'ordre — L'ordre selon lequel les niveaux RAID sont combin�s peut avoir un impact consid�rable sur la fiabilit�. En d'autres termes, RAID 1+0 et RAID 0+1 ne correspondent pas � la m�me matrice.

  • Co�ts potentiellement �lev�s — Toutes les impl�mentations de RAID imbriqu�s partagent le m�me inconv�nient, � savoir le co�t de l'imbrication�; par exemple, RAID 5+1, la plus petite matrice possible, est compos�e de six disques durs (et un nombre encore plus �lev� de disques durs est n�cessaire pour des matrices plus grandes).

Apr�s avoir examin� les concepts soutendant RAID, passons � la mani�re d'impl�menter la matrice.

5.6.2.1.2. Impl�mentations de RAID

Il est �vident, d'apr�s les sections pr�c�dentes, que RAID n�cessite une "intelligence" sup�rieure � celle requise pour le traitement habituel des E/S de disque effectu�es sur des disques individuels. Au strict minimum, les t�ches suivantes doivent �tre effectu�es�:

  • R�partition des requ�tes d'E/S entrantes sur les disques individuels de la matrice.

  • Calcul de la parit� et enregistrement sur le disque appropri� de la matrice, dans le cas de RAID 5

  • Contr�le des disques individuels de la matrice et prise de mesures appropri�es en cas de d�faillance d'un disque

  • Contr�le de la reconstruction d'un disque individuel de la matrice, lorsque ce disque a �t� remplac� ou r�par�

  • Mise � disposition d'un moyen permettant aux administrateurs d'effectuer des op�rations de maintenance de la matrice (retrait et ajout de disques, initialisation et arr�t de reconstructions, etc.)

Il est possible d'utiliser deux m�thodes pour accomplir ces t�ches. Les deux sections suivantes les d�crivent en d�tail.

5.6.2.1.2.1. RAID mat�riel

Une impl�mentation de RAID mat�riel prend g�n�ralement la forme d'une carte contr�leur de disque sp�cialis�e. La carte effectue toutes les fonctions associ�es au RAID et contr�le directement les disques individuels des matrices auxquelles elle est connect�e. Avec le pilote appropri�, les matrices g�r�es par une carte RAID mat�riel sont consid�r�es par le syst�me d'exploitation h�te exactement comme des disques durs normaux.

La plupart des cartes contr�leurs RAID fonctionnent avec des disques SCSI, bien qu'il existe �galement d'autres contr�leurs RAID bas�s sur ATA. Dans tous les cas, l'interface d'administration est g�n�ralement impl�ment�e selon une des trois mani�res suivantes�:

  • Des programmes utilitaires sp�cialis�s qui sont ex�cut�s comme des applications sous le syst�me d'exploitation h�te, offrant une interface logicielle � la carte contr�leur

  • Une interface int�gr�e � une carte utilisant un port s�rie auquel l'acc�s se fait par le biais d'un �mulateur de terminal

  • Une interface de type BIOS � laquelle l'acc�s n'est possible que lors du test de mise sous tension du syst�me

Certains contr�leurs RAID ont plus d'une seule interface d'administration. Pour des raisons �videntes, une interface logicielle offre le plus haut degr� de souplesse, dans la mesure o� elle permet d'effectuer des t�ches administratives alors m�me que le syst�me d'exploitation est en cours d'ex�cution. Toutefois, si vous d�marrez un syst�me d'exploitation � partir d'un contr�leur RAID, il est n�cessaire d'utiliser une interface qui ne n�cessite pas un syst�me d'exploitation en cours d'ex�cution.

La gamme des diff�rentes cartes contr�leurs RAID actuellement disponibles sur le march� est telle qu'il nous est impossible de toutes les examiner ici de mani�re d�taill�e. Pour obtenir de plus amples informations sur le sujet, il est recommand� de lire les brochures de documentation fournies par le fabricant.

5.6.2.1.2.2. RAID logiciel

Le RAID logiciel repr�sente une matrice RAID impl�ment�e en tant que logiciel au niveau du noyau ou du lecteur pour un syst�me d'exploitation particulier. En tant que tel, il offre plus de souplesse en terme de prise en charge du mat�riel — d�s lors que le mat�riel est pris en charge par le syst�me d'exploitation, il est possible de configurer et d�ployer des matrices RAID. Ce faisant, les co�ts associ�s au d�ploiement d'une matrice RAID peuvent �tre consid�rablement r�duits dans la mesure o� l'acquisition de mat�riel RAID sp�cialis� et on�reux n'est pas n�cessaire.

Souvent, la puissance CPU exc�dentaire qui est disponible pour les calculs de parit� de RAID logiciel d�passe largement la puissance de traitement existant sur la carte contr�leur RAID. Par cons�quent, certaines impl�mentations de RAID logiciels disposent en fait d'une capacit� permettant des performances sup�rieures � celles des impl�mentations de RAID mat�riels.

Toutefois, RAID logiciel est soumis � certaines limitations qui n'apparaissent pas dans un RAID mat�riel. La plus importante qu'il convient de prendre en compte est la prise en charge lors du d�marrage depuis une matrice RAID logicielle. Dans la plupart des cas, seules des matrices RAID 1 peuvent �tre utilis�es au d�marrage car le BIOS de l'ordinateur ne reconna�t pas RAID. �tant donn� que le disque unique d'une matrice RAID 1 est reconnu de la m�me mani�re qu'un p�riph�rique de d�marrage non RAID, le BIOS peut engendrer le processus de d�marrage sans probl�me�; le syst�me d'exploitation peut alors passer � un fonctionnement RAID logiciel une fois qu'il s'est appropri� le contr�le du syst�me.

5.6.3. Gestionnaire de volumes logiques (LVM)

Parmi les autres technologies avanc�es de stockage figurent le gestionnaire de volumes logiques (ou LVM de l'anglais Logical Volume Management). Cette technologie permet de consid�rer les p�riph�riques physiques de stockage de masse comme des �l�ments de base sur lesquels diff�rentes configurations de stockage peuvent �tre construites. Les capacit�s exactes, qui varient selon l'impl�mentation sp�cifique, peuvent inclure le groupement physique du stockage, le redimensionnement de volumes logiques et la migration de donn�es.

5.6.3.1. Groupement physique du stockage

Bien que cette capacit� porte des noms diff�rents, le groupement physique du stockage repr�sente la base de toutes les impl�mentations du LVM. Comme son nom l'indique, les p�riph�riques physiques de stockage de masse peuvent �tre group�s de mani�re � cr�er un ou plusieurs p�riph�riques logiques de stockage. Les p�riph�riques logiques de stockage (ou volumes logiques) peuvent avoir une capacit� sup�rieure � celle de tout p�riph�rique de stockage de masse sous-jacent.

Par exemple, avec deux disques de 100 Go, il est possible de cr�er un volume logique de 200 Go. Mais il est �galement possible de cr�er deux volumes logiques, un de 150 Go et un de 50 Go. En fait, toute combinaison de volumes logiques inf�rieure ou �gale � la capacit� totale (soit 200 Go dans notre exemple) est possible. Les choix possibles ne sont en fait limit�s que par les besoins de votre entreprise.

Un administrateur syst�me peut ainsi consid�rer tout le stockage comme une entit� globale dont il peut utiliser toute quantit� souhait�e. En outre, des disques suppl�mentaires pouvant �tre ajout�s ult�rieurement au stockage, il est relativement facile de toujours disposer d'une quantit� de stockage sup�rieure � celle requise par les utilisateurs.

5.6.3.2. Redimensionnement de volumes logiques

Une des fonctions du LVM tr�s appr�ci�e par la plupart des administrateurs syst�me est sa capacit� � attribuer du stockage rapidement, l� o� il est n�cessaire. Dans une configuration de syst�me autre que le LVM, lorsque la m�moire devient insuffisante — dans le meilleur cas de figure — il est n�cessaire de transf�rer des fichiers du p�riph�rique manquant de m�moire vers un autre p�riph�rique disposant d'espace libre. Tr�s souvent, il est n�cessaire de changer la configuration elle-m�me des p�riph�riques de stockage de masse de votre syst�me�; une t�che qui devra avoir lieu apr�s les heures de bureau normales.

Avec le LVM cependant, il est possible d'augmenter facilement la taille d'un volume logique. Supposons pour un instant que notre groupement de stockage de 200 Go ait �t� utilis� pour cr�er un volume logique de 150 Go, laissant ainsi 50 Go en r�serve. Dans le cas o� le volume logique de 150 Go se remplirait � capacit�, le LVM pourrait �tre utilis� pour agrandir sa taille (disons de 10 Go) sans pour ce faire, changer physiquement la configuration. Selon l'environnement du syst�me d'exploitation, il sera peut-�tre possible d'effectuer cette op�ration de mani�re dynamique�; dans le cas contraire, une courte p�riode d'indisponibilit� sera peut �tre n�cessaire afin de pouvoir effectuer le redimensionnement.

5.6.3.3. Migration de donn�es

La plupart des administrateurs syst�me chevronn�s seront certes impressionn�s par notre pr�sentation de certaines des possibilit�s offertes par le LVM, mais ils se poseront �galement la question suivante�:

Que se passera-t-il si les disques composant un volume logique tombent en panne�?

Heureusement, la plupart des impl�mentations du LVM offrent la possibilit� de migrer des donn�es d'un disque physique particulier vers un autre. Afin que cette op�ration puisse fonctionner, une capacit� de r�serve suffisante doit �tre disponible pour absorber la perte de capacit� li�e au disque d�faillant. Une fois la migration termin�e, le disque d�faillant peut alors �tre remplac�, avant d'�tre rajout� au groupement de stockage disponible.

5.6.3.4. Pourquoi utiliser RAID avec le LVM�?

�tant donn� que le LVM a des caract�ristiques semblables � celles de RAID (comme la possibilit� de remplacer des disques d�faillants) et qu'il a certaines caract�ristiques lui donnant des capacit�s que la plupart des impl�mentations de RAID ne peuvent �galer (comme la capacit� � ajouter dynamiquement du stockage suppl�mentaire � un groupement central de stockage), nombreux sont ceux s'interrogeant sur l'importance actuelle de RAID.

En fait, cette interrogation n'a pas vraiment lieu d'�tre. RAID et LVM sont en effet, des technologies compl�mentaires qui, utilis�es de concert (de mani�re semblable aux niveaux RAID imbriqu�s), permettent de profiter des avantages offerts par les deux technologies.

Notes

[1]

Au tout d�but de la recherche sur RAID, l'acronyme correspondait � Redundant Array of Inexpensive Disks (Matrice de disques redondants bon march�), mais au fil des ann�es, le prix des disques "standalone" (ou autonomes) que RAID avait pour vocation de remplacer a tellement baiss� que la diff�rence de prix est devenue insignifiante.

[2]

Lorsque la matrice fonctionne et qu'un disque n'est pas disponible, la performance des E/S est r�duite en raison de la surcharge engendr�e par la reconstruction des donn�es manquantes.

[3]

Les calculs de parit� engendr�s par chaque activit� d'�criture ont �galement un impact sur les op�rations. Toutefois, selon l'impl�mentation particuli�re de RAID 5 (et en particulier selon l'endroit dans le syst�me o� les calculs de parit� sont effectu�s), l'ampleur de cet impact peut �tre consid�rable ou presque inexistante.

 
 
  Published under the terms of the GNU General Public License Design by Interspire