Follow Techotopia on Twitter

On-line Guides
All Guides
eBook Store
iOS / Android
Linux for Beginners
Office Productivity
Linux Installation
Linux Security
Linux Utilities
Linux Virtualization
Linux Kernel
System/Network Admin
Programming
Scripting Languages
Development Tools
Web Development
GUI Toolkits/Desktop
Databases
Mail Systems
openSolaris
Eclipse Documentation
Techotopia.com
Virtuatopia.com

How To Guides
Virtualization
General System Admin
Linux Security
Linux Filesystems
Web Servers
Graphics & Desktop
PC Hardware
Windows
Problem Solutions

  




 

 

Linuxtopia - Red Hat Enterprise Linux Introduction a l'administration systeme - Mise en utilisation du stockage

5.5. Mise en utilisation du stockage

Une fois qu'un p�riph�rique de stockage de masse est en place, de lui m�me, il ne sert pas � grand chose. En effet, il peut certes servir � lire et �crire des donn�es, mais sans structure sous-jacente, l'acc�s aux donn�es n'est possible qu'en utilisant des adresses de secteurs (soit g�om�triques, soit logiques).

Il faut des m�thodes permettant d'utiliser beaucoup plus facilement le stockage brut fourni par le disque dur. Les sections suivantes examinent certaines des techniques les plus couramment utilis�es pour ce faire.

5.5.1. Partitions/Tranches

Un administrateur syst�me est toujours frapp� par le fait que la taille d'un disque dur peut �tre bien sup�rieure aux besoins de la t�che � effectuer. En effet, de nombreux syst�mes d'exploitation sont en mesure de d�couper l'espace de leur disque dur en diff�rentes partitions ou tranches.

�tant donn� que les partitions sont s�par�es les unes des autres, elles peuvent utiliser des quantit�s d'espace diff�rentes sans que cet espace n'affecte d'une mani�re ou d'une autre celui utilis� par les autres partitions. Par exemple, m�me si la partition contenant les fichiers de l'utilisateur approche sa capacit�, la partition contenant les fichiers qui composent le syst�me d'exploitation n'est pas du tout affect�e. Le syst�me d'exploitation dispose toujours d'espace libre pour sa propre utilisation.

Bien qu'une telle perception soit un peu simpliste, vous pouvez plus ou moins comparer les partitions � des disques durs. En fait, certains syst�mes d'exploitation font r�f�rence aux partitions en tant que "disques". Toutefois, ce point de vue n'est pas tout � fait exact�; il est donc important d'examiner les partitions de mani�re plus d�taill�e.

5.5.1.1. Attributs des partitions

Les partitions sont d�finies en fonctions des attributs suivants�:

  • G�om�trie de la partition

  • Type de partition

  • Champ du type de partiton

Ces attributs sont examin�s de mani�re plus d�taill�e dans les sections suivantes.

5.5.1.1.1. G�om�trie

La g�om�trie d'une partition fait r�f�rence � son emplacement sur un disque dur. Elle peut �tre d�finie en terme de t�tes, secteurs, cylindres de d�but et de fin, bien que les partitions commencent et finissent le plus souvent � la limite d'un cylindre. La taille d'une partition est alors d�finie comme �tant la quantit� de stockage existant entre les cylindres de d�but et de fin.

5.5.1.1.2. Type de partition

Le type de partition fait r�f�rence � la relation existant entre une certaine partition et les autres partitions du disque dur. Il existe trois types diff�rents de partitions�:

  • Partitions primaires

  • Partitions �tendues

  • Partitions logiques

Les sections suivantes d�crivent en d�tail chacun des types de partitions.

5.5.1.1.2.1. Partitions primaires

Les partitions primaires sont des partitions qui peuvent prendre un des quatre emplacements des partitions primaires dans la table des partitions du disque dur.

5.5.1.1.2.2. Partitions �tendues

Les partitions �tendues ont �t� d�velopp�es pour r�pondre � un besoin en partition allant au-del� des quatre partitions disponibles sur chaque disque dur. Une partition �tendue peut elle-m�me contenir de multiples partitions, permettant ainsi d'augmenter consid�rablement le nombre de partitions possibles sur un seul disque dur. L'apparition des partitions �tendues a �t� motiv�e par les capacit�s croissantes des nouveaux disques durs.

5.5.1.1.2.3. Partitions logiques

Les partitions logiques correspondent aux partitions contenues � l'int�rieur d'une partition �tendue�; du point de vue de leur utilisation, elles ne sont en aucun cas diff�rentes d'une partition primaire non �tendue.

5.5.1.1.3. Champ du type de partition

Chaque partition a un champ consacr� au type contenant un code pour indiquer l'utilisation pr�vue de la partition. Ce champ de type peut (ou non) correspondre au syst�me d'exploitation de l'ordinateur. Mais il peut aussi correspondre � la mani�re dont les donn�es seront stock�es au sein de la partition. La section suivante fournit de plus amples informations sur cet aspect important.

5.5.2. Syst�mes de fichiers

M�me en disposant du p�riph�rique de stockage de masse appropri�, configur� correctement et partitionn� de mani�re ad�quate, il n'est toujours pas possible de stocker et rechercher des informations facilement — il manque une mani�re permettant de structurer et d'organiser ces informations. En fait, il faut un syst�me de fichiers.

La notion de syst�me de fichiers est tellement fondamentale pour l'utilisation des p�riph�riques de stockage de masse que l'utilisateur d'ordinateur moyen ne distingue m�me plus entre les deux �l�ments. Ceci �tant, les administrateurs syst�me ne peuvent pas se permettre d'�tre ignorants quant aux syst�mes de fichiers et quant � l'impact qu'ils ont sur le travail quotidien.

Un syst�me de fichiers est une m�thode permettant de repr�senter des donn�es sur un p�riph�rique de stockage de masse. Les syst�mes de fichiers ont g�n�ralement les caract�ristiques suivantes�:

  • Stockage de donn�es bas� sur des fichiers

  • Structure de r�pertoire (parfois appel� "dossiers") hi�rarchique

  • Suivi de la cr�ation de fichiers, de l'acc�s et des moments de modification

  • Degr� de contr�le du type d'acc�s autoris� pour un fichier particulier

  • Notion de propri�t� de fichier

  • Comptabilisation de l'espace utilis�

Tous les syst�mes de fichiers ne poss�dent pas forc�ment chacune de ces caract�ristiques. Par exemple, un syst�me de fichiers construit pour un syst�me d'exploitation mono-utilisateur pourrait tout � fait utiliser une m�thode de contr�le d'acc�s beaucoup plus simplifi�e et pourrait vraisemblablement se passer d'une prise en charge pour la propri�t� de fichiers.

Il est important de garder � l'esprit que le syst�me de fichiers utilis� peut avoir un impact consid�rable sur la nature de votre charge de travail quotidienne. Ainsi, en vous assurant que le syst�me de fichiers utilis� dans votre entreprise correspond �troitement aux besoins fonctionnels de cette derni�re, vous pourrez non seulement garantir qu'il sera tout � fait appropri� aux besoins de votre environnement, mais qu'il pourra �galement �tre maintenu facilement et efficacement.

C'est dans cet �tat d'esprit que les sections suivantes examinent ces caract�ristiques en d�tail.

5.5.2.1. Stockage � base de fichiers

Alors que de nos jours les syst�mes de fichiers qui utilisent la m�taphore du fichier pour le stockage de donn�es sont si universels qu'on n'y pr�te m�me plus attention, il convient n�anmoins ici d'examiner certains points.

Tout d'abord, il est important de conna�tre toute restriction existant au niveau des noms des fichiers. Par exemple, quels caract�res sont accept�s dans un nom de fichier�? Quelle est la longueur maximale d'un nom de fichier�? Ces questions sont importantes dans la mesure o� elles dictent les r�gles � suivre en mati�re de noms de fichiers acceptables ou inacceptables. Les syst�mes d'exploitation plus anciens utilisant des syst�mes de fichiers plus �l�mentaires n'acceptaient souvent que des caract�res alphanum�riques (et seulement majuscules) et des noms de fichiers traditionnels de type 8.3 (c'est-�-dire un nom de fichier compos� de huit caract�res suivi d'une extension de fichier de trois caract�res).

5.5.2.2. Structure de r�pertoire hi�rarchique

Alors que les syst�mes de fichiers utilis�s dans certains anciens syst�mes d'exploitation ne fonctionnaient pas selon le concept des r�pertoires, tous les syst�mes de fichiers couramment utilis�s de nos jours incluent cette caract�ristique. Les r�pertoires sont eux-m�mes souvent impl�ment�s en tant que fichiers, ce qui veut dire qu'aucun utilitaire particulier n'est n�cessaire pour les maintenir.

De plus, �tant donn� que les r�pertoires sont eux-m�mes des fichiers et qu'ils contiennent des fichiers, ils peuvent contenir d'autres r�pertoires, permettant ainsi la construction d'une hi�rarchie de r�pertoires � plusieurs niveaux. Ce concept �tant essentiel, tous les administrateurs syst�me devraient en avoir une tr�s bonne compr�hension. L'utilisation d'une hi�rarchie de r�pertoires � plusieurs niveaux peut simplifier consid�rablement la gestion de fichiers, aussi bien par vos utilisateurs que par vous-m�me.

5.5.2.3. Suivi des dates de cr�ation, d'acc�s, de modification des fichiers

La plupart des syst�mes de fichiers effectuent un suivi des dates auxquelles un fichier a �t� cr��; certains gardent m�me un historique des dates auxquelles les fichiers ont �t� modifi�s ou lus. Outre la possibilit� de pouvoir d�terminer lorsqu'un fichier donn� a �t� cr��, utilis� ou modifi�, ces dates sont essentielles pour le bon d�roulement des op�rations de sauvegardes incr�mentielles.

Pour de plus amples informations sur la mani�re dont les sauvegardes utilisent ces caract�ristiques des syst�me de fichiers, reportez-vous � la Section 8.2.

5.5.2.4. Contr�le d'acc�s

Le contr�le d'acc�s repr�sente un domaine dans lequel les syst�mes de fichiers diff�rent consid�rablement. Certains syst�mes de fichiers n'ont aucun mod�le de contr�le d'acc�s clair, alors que d'autres sont beaucoup plus sophistiqu�s. D'une mani�re g�n�rale, la plupart des syst�mes de fichiers modernes utilisent l'association de deux composants comme base d'une m�me m�thodologie de contr�le d'acc�s, � savoir�:

  • Identification de l'utilisateur

  • Liste des op�rations permises

Le principe de l'identification de l'utilisateur suppose que le syst�me de fichiers (et le syst�me d'exploitation sous-jacent) puisse d'abord �tre capable d'identifier l'utilisateur individuel de mani�re unique. Il est alors possible d'attribuer une responsabilit� totale pour toute op�ration effectu�e au niveau du syst�me de fichiers. Une autre caract�ristique souvent utile est celle des groupes d'utilisateurs— permettant de regrouper au coup par coup des utilisateurs. Les groupes sont la plupart du temps utilis�s par des entreprises au sein desquelles des membres peuvent �tre associ�s � un ou plusieurs projet(s). Une autre caract�ristique prise en charge par certains syst�mes de fichiers est la cr�ation d'identifiants g�n�riques pouvant �tre attribu�s � un ou plusieurs utilisateur(s).

Le syst�me de fichiers doit ensuite �tre capable de maintenir des listes d'op�rations qui sont permises (ou interdites) sur chaque fichier. Les op�rations pour lesquelles un suivi est le plus couramment effectu� sont les suivantes�:

  • La lecture de fichiers

  • L'�criture de fichiers

  • L'ex�cution de fichiers

Diff�rents syst�mes de fichiers peuvent �tendre la liste des op�rations pour inclure la possibilit� de supprimer des fichiers ou m�me la possibilit� d'effectuer des modifications li�es au contr�le d'acc�s d'un fichier.

5.5.2.5. Comptabilisation de l'espace utilis�

Un aspect constant de la vie d'un administrateur syst�me est le fait qu'il n'y a jamais assez d'espace libre, et m�me s'il y en a assez, ce ne sera pas la cas pour bien longtemps. Par cons�quent, un administrateur syst�me devrait, au minimum, �tre en mesure de d�terminer facilement la proportion d'espace disponible pour chaque syst�me de fichiers. En outre, des syst�mes de fichiers dot�s de fonctionnalit�s bien d�finies en mati�re d'identification des utilisateurs incluent souvent la possibilit� d'afficher la quantit� d'espace consomm�e par un utilisateur.

Cette fonctionnalit� est essentielle dans de vastes environnements � utilisateurs multiples, car regrettablement, la r�gle des 80/20 est souvent en vigueur en mati�re d'espace disque — 20% des utilisateurs seront responsables pour 80% de la consommation de votre espace disque disponible. En facilitant l'identification des utilisateurs inclus dans ces 20%, il est possible de g�rer de mani�re plus efficace les �l�ments li�s au stockage.

En allant encore plus loin dans ce sens, certains syst�mes de fichiers incluent la possibilit� d'�tablir des limites individuelles pour les utilisateurs (souvent appel�s quotas de disque) en ce qui concerne la quantit� d'espace disque que chacun d'eux peut utiliser. Bien que les caract�ristiques varient en fonction des syst�mes de fichiers, d'une mani�re g�n�rale, il est possible d'allouer � chaque utilisateur une certaine quantit� d'espace disque pour sa propre utilisation. Mis � part cet aspect commun, les syst�mes de fichiers varient les uns par rapport aux autres. En effet, certains d'entre eux autorisent l'utilisateur � d�passer une seule fois la limite qui lui est propre, alors que d'autre recourent � une "p�riode de gr�ce" pendant laquelle une deuxi�me limite plus �lev�e est appliqu�e.

5.5.3. Structure de r�pertoire

De nombreux administrateurs syst�me ne se pr�occupent pas vraiment de la mani�re selon laquelle le stockage mis aujourd'hui � la disposition des utilisateurs, sera en fait utilis� demain. Pourtant, en r�fl�chissant un peu au sujet avant m�me de permettre aux utilisateurs de se servir du stockage, peut vous �pargner de nombreux efforts superflus plus tard.

Dans ce sens, les administrateurs syst�me peuvent utiliser les r�pertoires et sous-r�pertoires pour structurer le stockage disponible de mani�re compr�hensible. Cette approche offre de nombreux avantages�:

  • Une compr�hension plus ais�e

  • Une flexibilit� accrue dans le futur

En soumettant votre stockage � une certaine structure, il est plus facile de comprendre son fonctionnement. Par exemple, prenez un vaste syst�me � utilisateurs multiples. Au lieu de placer tous les r�pertoires des utilisateurs dans un grand r�pertoire, il sera peut-�tre plus appropri� d'utiliser des sous-r�pertoires qui refl�tent la structure de votre entreprise. Dans ce cadre, les personnes travaillant dans le service de comptabilit� ont leurs propres r�pertoires sous le r�pertoire nomm� comptabilit�, alors que les membres du service d'ing�nierie eux verront leurs r�pertoires regroup�s sous le r�pertoire portant le nom ing�nierie et ainsi de suite.

Une telle approche offre l'avantage de pouvoir effectuer plus facilement et de mani�re quotidienne, un suivi des besoins (et de l'utilisation) de stockage de chaque service de votre entreprise. L'obtention d'une liste des fichiers utilis�s par les membres du service des ressources humaines devient alors une op�ration relativement simple. De m�me, il est alors facile de sauvegarder tous les fichiers utilis�s par les services juridiques.

Avec une structure ad�quate, il est possible d'augmenter la flexibilit�. Toujours selon l'exemple pr�c�dent, supposez pour un instant que le service d'ing�nierie soit sur le point de commencer plusieurs nouveaux projets de grande envergure. Dans ce cadre, de nombreux nouveaux ing�nieurs seront recrut�s. Malheureusement, il n'y a pas � l'heure actuelle, suffisamment de stockage libre utilisable pour satisfaire les besoins accrus du service d'ing�nierie qui accueillera sous peu de nouveaux membres.

Toutefois, �tant donn� que chaque membre du service d'ing�nierie stocke ses fichiers sous le r�pertoire ing�nierie, il est relativement simple d'effectuer les op�rations suivantes�:

  • Fournir du stockage suppl�mentaire pour faire face aux besoins du service d'ing�nierie

  • Sauvegarder tous les documents sous le r�pertoire ing�nierie

  • Restaurer la sauvegarde sur le nouveau stockage

  • Changer le nom du r�pertoire ing�nierie sur le stockage d'origine en quelque chose comme archives-ing�nierie (avant de le supprimer enti�rement, une fois que les op�rations fonctionnent sans probl�me avec la nouvelle configuration et ce, pendant un mois)

  • Effectuer les modifications n�cessaires afin que tous les membres du service d'ing�nierie puissent avoir acc�s � leurs fichiers sur le nouveau stockage

Bien s�r, une telle approche a �galement ses inconv�nients. Par exemple, si du personnel est transf�r� fr�quemment d'un service � un autre, il est n�cessaire de disposer d'un syst�me vous permettant d'en �tre averti, afin que vous puissiez modifier la structure de r�pertoire de mani�re appropri�e. Sinon, la structure ne refl�tera plus la r�alit� de votre environnement, ce qui entra�nera au long terme, plus — et non moins — de travail pour vous.

5.5.4. Activation de l'acc�s au stockage

Une fois que le p�riph�rique de stockage de masse a �t� correctement partitionn� et qu'un syst�me de fichiers y a �t� enregistr�, le stockage peut �tre mis � la disposition des utilisateurs.

Pour certains syst�mes d'exploitation, tel est en effet le sc�nario�; d�s que le syst�me d'exploitation a d�tect� le nouveau p�riph�rique de stockage de masse, l'administrateur syst�me peut le formater et il est alors possible d'y avoir acc�s imm�diatement, sans aucun effort suppl�mentaire.

D'autres syst�mes d'exploitation en revanche, n�cessitent une �tape suppl�mentaire. Cette derni�re — � laquelle on fait souvent r�f�rence sous le terme de montage — indique au syst�me d'exploitation la mani�re selon laquelle il peut acc�der au p�riph�rique de stockage. Le montage du stockage, qui est g�n�ralement effectu� au moyen d'une commande particuli�re ou d'un programme utilitaire sp�cial, n�cessite que le p�riph�rique de stockage de masse (et parfois �galement la partition) soit explicitement identifi�.

 
 
  Published under the terms of the GNU General Public License Design by Interspire